amitiées alexandro-cairôte

Publié le par nagui chehata

Hier aussi , le patron a acceuilli une amie d'alexandrie qui venait pour la ènieme fois au Caire pour essayer d'avoir son visa pour la France.. Notre amie, professeurs de français depuis une trentaine d'année s'est trouvée obligée de venir trois fois au Caire pour des papiers qu'on lui demandait au consulat. Elle a téléphonné au patron pour voir si elle pouvait venir passer la nuit à la pension puisqu'elle devait faire la queue devant la porte du consulat et trouver ainsi une place pour éviter de rester au consulat 6 heures comme les deux premières fois .
Elle a du de nouveau retourner à la pension pour attendre jusqu'à 16 heures pour retourner de nouveau dans la chaleur torride du Caire , refaire la queue pour avoir finalement son visa o combien souffert!
Le hasard ne l'a pas laissée en paix puisqu'elle a eu une histoire sympathique pour arriver au Caire. Elle me l'a laissée ecrite sur mon ordianteur ... Le patron se permet de la mettre sur son blog et se demande seulement pourquoi toute cette souffrance ?

Mésaventure

 

Je cours a petits pas presses : ne pas oublier d’être féminine…Hantise d’être en retard !

Que le train parte sans moi, est impensable. Le contrôleur me barbouille mon billet de ce qu’il pense être sa marque strictement individuelle .C’est bon, je n’ai plus qu’a trouver ma place.

Et voila que la vérité m’assomme. Pas de place. Je m’indigne : comment pas de place, alors que j’ai mon billet ?

Un second contrôleur examine mon billet et celui de la personne qui occupe le siège ; Quand il comprend la situation, il se met a rire. J’aimerais bien avoir envie de rire a mon tour .Alors, nous avons le même billet ?

Mais non, madame, vous n’avez pas pris le bon train : le votre arrive 15 minutes plus tard.

Je suis penaude, et me demande s’il va falloir que je paie un autre billet .Il me rassure

-Tout simplement, vous n’avez pas de place, et laconique me montre les compartiments bondes.

L’inquiétude refait surface : rester tout ce temps debout ?

Qu’y peut-on si le train ne s’arrête qu’a destination ?

La, la solidarité entre en jeu ; celui qui tient a fumer m’offre quelques moments de répit.

A tour de rôle, j’occupe les différents sièges qui se vident en alternance, Je ne pense plus avec regret a la place confortable, dont quelqu’un ne manquera pas de jouir, dans le train qui aurait du être le mien., et le temps passe… Les kilomètres s’ajoutent tandis que je fais connaissance

Avec tant de gentilles personnes que ma mésaventure fait rire


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Non Josiane, françois ne va pas venir . il m'a dit qu'il viendra en décembre pour trois jours seulement.
Répondre
J
ha je te retrouve mon Nagui !sont sympa tes minous !<br /> notre françois est chez les voisins , vas t'il venir nous rendre visite ? gros bisous en attendant de te voir !
Répondre
M
Site très sympa.<br /> bises
Répondre