week end alexandrin

Publié le par nagui chehata

Le patron est donc parti jeudi après midi pour un week end alexandrin avec Tim son client anglais pour lui faire découvrir les charmes de cette merveilleuse ville et surtout pour se reposer et respirer de l'air non pollué après une année bien chargée et une dernière semaine de travail de 60 heures. Son ami français avec qui il avait passé le vendredi à Héliopolis durant la fête héliopolitaine l'avait précédé et avait loué une chambre dans une pension que le patron a eu le plaisir de découvrir durant ce week end. Même si l'ami alexandrin avait proposé au patron et à son client d'aller passer le week end dans l'annex de la pension de la joie à alexandrie, le patron, lui, a préféré ne pas trop déranger et surtout avait envie d'avoir les yeux fixés sur la mer le plus possible pour se remplir bien de bleu.
Quoi de mieux donc qu'une chambre à deux fois rien avec super balcon et super vue sur la mer et sur la fameuse place Saad Zagloul. Quand le patron est rentré dans cette chambre et surtout quand il s'est installé sur ce balcon, il n'avait qu'une envie: passer les deux jours là, sans bouger, à bouquiner, à respirer l'air frais et à regarder la ville s'animer à ses pieds du haut de son neuvième étage. Chambre propre, même si la salle de bain est à l'extrérieur, l'important c'était cette superbe vue sur la mer dont le patron tant rêvait.
Heureux comme deux poissons face à la mer, (jolie phrase et pourquoi pas?) le client anglais et le patron se sont installés tranquillement sur le balcon pour programmer leur séjour et décider ce qu'ils allaient voir durant ces deux jours de rêve. Tim quoique anglais, est très facile à vivre, comme quoi les préjugés c'est infondés! Il s'est laissé guider par le patron qui, lui, a des endroits préférés à alexandrie et qui, lui, n'est pas très flexible. Une priorité pour Tim c'était surtout d'aller visiter la bibliothèque d'alexandrie!
Mais voilà, le patron a tout bêtement oublié qu'on était le vendredi et que, ben le vendredi les intellos prient apparement ! et les employés aussi! Donc ouverture de la bibliothèque pas avant 15 heures! Comme quoi, apparement aussi, les directeurs de la dite fameuse bibliothèque n'ont pas eu l'idée d'employer des chrétiens qui puissent faire fonctionner la bibliothèque pour tous ces touristes europeens qui n'ont en rien à foutre du vendredi et qui se sont tapés des milliers de kilomètres pour venir voir le symbole par excellence de la culture en moyen orient ! Mais non, pas d'employés chrétiens, dieu seul sait pourquoi, et donc les touristes prenaient leur mal en patience et se contentaient de poser bêtement devant l'edifice dont l'architecture n'a pas vraiment plus à Tim. Il était midi, et le patron n'allait tout de même pas attendre trois heures jusqu'à ce qu'allah donne la permission de visiter le biblio... Que faire? Boire une bonne bierre!
Mais où aller? C'est là que la patron a eu le plaisir d'avoir un avis français, celui de Frédéric qui a proposé d'aller à Abou Kir pour manger du poisson au Zephyrion ! C'est quoi ce truc ? Un lieu que ne connaissait absolument pas le patron!

Situé juste face à la mer dans la banlieu Ouest d'alexandrie, Abou kir est célèbre avec ses poissons frais. Apparement le Zephyrion, resto grec comme l'indique son nom, est un des plus vieux et célèbres restos du coin. Plus tard, le patron apprendra par ses parents qu'ils allaient manger des crevettes dans ce même resto, pendant leur lune de miel, c'est à dire il y a 45 ans, et que le kilo de crevettes coutait à l'époque une livre egyptienne. 45 ans plus tard, le kilo de crevette est passé à 130 livres! Mais bon, le cadre est idélique, on se croirait vraiment en grèce!
Bizzarement le resto était presque vide: juste une autre table où s'était installée une famille copte! Puis petit à petit d'autres clients commençaient à afluer, des syros libanais, parlant français bien evidement entre eux, puis encore des coptes! C'est vrai que c'était encore l'heure de la prière du vendredi. Heureusement que ça n'a pas duré longtemps et que les gens ne s'ennuyaient pas face à la mer dans ce cadre idélique. Bientôt, les bouteilles de bierre défilaient sur les tables, ça sentait le poissons grillés, les crevettes, les calamares, le riz sayadeya, les tehinas, etc ... un vrai bonheur et un repas de Babette! Chacun s'en est sorti à 100 livres par personne! ça valait le coup surtout que le patron ne connaissait pas et que désormais ça sera un des ses endroits du must des prochaines visites alexandrines.
Pour digérer tout ça, un petit tour dans le parc de Montaza, un petit café dans le luxueux Hotel du Salamlek avec Frédéric, question d'apprécier le sompteux décor du palais. Un bon café certe mais au prix d'un café sur les champs elysés et même un peu plus cher! Mais bon, le patron était en vacances, il était heureux. Tim lui était parti continuer sa promenade dans les jardins de Montaza. C'est à ce moment qu'arrive le coup de téléphone annonçant la mort de Wagdi (voir article précédent)...

Le temps semblait s'arrêter pour le patron. Incompréhension totale! Il devait quand même continuer la visite, faire semblant que tout allait bien. Ses amis n'étaient pas dans l'obligation de le voir déprimé. Mais, il avait du mal le patron à s'en remettre. Face à la mer, le patron a fait une petite prière pour son ami disparu et n'avait qu'une envie: retourner à l'hotel pour plonger dans son lit, s'enfuir dans le sommeil. (à suivre...)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
eh!!! Salut Tim! j'ai mis du temps à faire le lien. C'est génial de te savoir entre de bonnes mains.<br /> Profite bien de ton séjour là bas!<br /> <br /> Super bisous à vous deux
Répondre
O
C'est manifique cet article :-)
Répondre
F
Ah, je ne suis donc pas le seul à voir se fermer les portes de la biblothèque le vendredi! Merci de la brise de vent d'Alexandrie, cette ville "neapolitaine" sotto il cielo egiziano. Ciao!
Répondre
J
superbe ton texte ,jeudi je te fais renconter une dame qui ecrit super aussi "pietonne cairote " en lien chez moi ,vas voir !bises
Répondre