La pension au féminin

Publié le par nagui chehata

Hier, la pension a connu sa soirée la plus féminine: Maryse, cousine germaine du patron célébrait l'enterrement de sa vie de jeune fille.
Cette cousine gemraine avait déjà fait la fête de ses fiancailles à la pension il y a un an. Un an plus tard, là voilà qui se marie et il fallait bien qu'elle s'éclate entre copines. Le patron a donc proposé volontier que cette soirée soit célébrée elle aussi à la pension puisqu'il y avait de la place!
Soirée qui a commencé en douce dans le bureau-séjour de la pension sous les loulous des filles qui envahissaient petit à petit la pension et qui n'ont pas tardé à se sentir à l'aise avec une musique arabe à fond la caisse! D'abord n'osant pas enlever les challes avec lesquels elles étaient venues, les mouvements et le rythme de la musique ont fait tombé challes et inhibitions.
Quoique extrémement occupée avant le mariage, la mère de Maryse, Fayza, que le patron considère comme sa vraie grande soeur, s'était réveillée ce matin là, plutôt cette aube-là à 4 heures du matin pour préparer un super bon buffet pour nourire ses bouches féminines. Une heure avant le début de la soirée, Faysa et le patron ont soigneusement préparé le buffet, décoré la pension afin que tout soit  prêt lorsque le défilé de jeunes princesses commencerait.

C'est justement le buffet qui a attiré les demoiselles hors du séjour pour se lancer et danser sur la piste-salle à manger. Toutes ne se souciaent pas de la présence du patron.
Et ça dansait, et ça riaient. Le patron lui s'amusait comme un fou à voir ce genre féminin s'eclater et il se délectait de pouvoir se faufiler tel un vrai lion entouré de ses lionnes. ( attention, le mot lionne est très équivoque en arabe, mais le patron assure à ses lecteurs qu'il n'a aucune autre connotation dans son contexte).

Lui aussi dansait mais comme il voulait se faire le plus petit possible, malgré déjà sa petite taille, et pour ne pas déranger, il n'a pas osé demander à ces charmantes demoiselles qu'on le prenne en photos. Par contre, lui, il s'activait sur son téléphonne portable pour prendre en photo et celle-ci qui s'inclinait à droite et celle-là qui se déhanchait vers la gauche! Un délice!
Même la vieille tante Maria, malgré ses problèmes de coeur s'est lancée pour quelques minutes pour "saluer la mariée", comme ça se dit en Egypte et a fait quelques mouvement d'épaule pour s'asseoir vite de peur que la soirée se termine en drame!

Et les filles continuaient à afluer vers la pension. Le patron a même totalement flaché sur l'une d'entre elle, mais comme c'est un grand timide sous ses grands airs, il n'a même pas osé lui dire un seul mot! Une vraie princesse, comme il peut se l'imaginer, douce, rafinée et belle, le patron avait du mal à ne pas la regarder du coin de l'oeil mais comme un con n'a pas pu lui dire quoi que ce soit !
La soirée a duré jusqu'à tard dans la nuit sous les regards heureux de la tante, la mère et la cousine de la jeune mariée. Toutes ont chaleureusement remercié le patron de leur avoir permis de célébrer cet évènement à la pension et lui ont toutes espéré tout le bonheur du monde. Le patron ainsi que sa pension, auraient ainsi contribué, une fois de plus, à la joie de ces charmantes demoiselles.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Ta pension de la joie est vraiment un lieu de rencontre très cool et tout plein de vie et d'espoir, come toi. Silvia
Répondre
J
"et une de plus pour porter la croix ".c'est se qui ce dit en france quand une fille se marie !!!!<br /> dit alors il y avait une qui t'a tapée dans l'oeil ? toutes tes admiratrices vont etre jalouses !
Répondre