L'exposition de Garagos

Publié le par nagui chehata

Chaque année, le patron attend avec impatiente la fameuse exposition de Garagos, village situé à une trentaine de kilomètres de Louxor. Le patron avait découvert ce village lors de sa première visite à la Haute Egypte quand il était encore élève en première secondaire chez les Jésuites, c'est-à-dire en deuxième (système français). La tradition Jésuites, depuis des dizaines d’années, envoie les élèves à Louxor et à Assouan pour une semaine afin qu’ils découvrent les merveilles de leur pays. C’était donc pour Noel 83 que le patron s’était trouvé, entouré de ses camarades, dans ce petit village de Garagos, où se trouve un centre,  école de poterie, pour les hommes du village. Il avait assisté à la messe de Noel dans une toute petite chapelle construite avec des briques de terre où le froid glacial passait de partout. Puis, il avait dormi dans une salle utilisant ses chaussures comme oreiller. C’était loin d’être une nuit facile mais le souvenir et le plaisir de vivre l’aventure pour ce bourgeois d’Héliopolis sont restés gravés dans sa mémoire. Le lendemain, il avait visité l’école de poterie et avait admiré les merveilles qui sortaient du four en terre. Il s’était acheté une petite croix en terre qu’il a soigneusement gardée quelque part chez sa mère pendant une vingtaine d’années. Devenu adulte, il a eu l’occasion de suivre les expositions annuelles de Garagos, qui, entre temps, s’est lancé aussi à faire des merveilleuses tapisseries avec des scènes de la vie du village et dont les murs de sa célébrissime pension de la joie sont ornés. La cuisine aussi de la pension est signée Garagos et c’est dans leurs fameuses tasses que le patron boit son café chaque matin. Heureusement que l’exposition a toujours lieu au sein même du collège où il travaille, ainsi, il ne peut jamais la rater. Il y emmène ses collègues qui l’y suivent en voyant avec quel enthousiasme il parle de l’exposition, et tous n’en sortent jamais sans avoir vidé leur portefeuille. Les employés le connaissent désormais par nom et gardent toujours un bon contacte avec lui tout en l’incitant à emmener encore plus de gens et d’amis. Cette année encore, le patron de la pension n’a pas pu s’empêcher d’acheter encore quelques tasses et assiettes.  L’exposition restera ouverte encore jusqu’à jeudi 18 décembre. L’occasion géniale pour faire des cadeaux sympas à ceux que vous aimez.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
tu as raison tout est très beau et cela donne envie d'acheter rien que de voir les photos ,qui sont superbes comme d'habitude . bisous de tes gaulois .
Répondre
J
ha bon !donc les magasins dont je tairait le nom qui vendent les poteries de garagos se font un sacré bénéfice !
Répondre
N
Détrompe toi Josiane, ce n'est pas si cher que ça ! la tasse 6 livres, l'assiette entre 15 et 25, les cendriers entre 3 et 10. Les tapis, entre 75 et 130 livres ! quand on pense que tout est fait main, c'est beaucoup plus sympa de tout ce qui est made in china, qui est au même prix voir plus cher et qui n'a aucun gout.
Répondre
J
beau mais pas a la portée de toutes les bourses égyptiennes !
Répondre
Z
Ces objets ont l'air magnifique, vraiment, dommage que ce soit si loin pour moi :(
Répondre