Noel à la pension

Publié le par nagui chehata

Quand on est  au Caire on donne rendez-vous, on n’est jamais sûr si les invités seront à l’heure. Pour ce repas de Noel tant attendu, le patron avait fixé 17 heures pour l’arrivée des invités. Seuls, deux amis étaient à l’heure pile poil. Le patron avait couru toute la matinée pour que tout soit prêt à l’heure à la pension en pensant à tous les petits détails dont on aurait besoin durant la soirée. Un minuscule arbre de Noel fait main est arrivé à l’occasion grâce à un ami artiste qui l’avait soigneusement préparé. Le gâteau aussi était posé dans le frigo, les salades et les hors d’œuvre prêts à être servis, les bouteilles d’alcool soigneusement posées sur le bureau aménagé en bar, les verres en plastique dont les couleurs ont été choisies pour bien se marier avec la nappe, les petites serviettes avec des motifs de Noel. Le patron voulait que ses invités ne manquent de rien et qu’ils se sentent particulièrement gâtés pour ce jour de fête. Vers 18 heures, la moitié des invités étaient déjà là, et le buffet fut servi. Beaucoup de lecteurs se demanderont de quoi était composé le fameux repas de Noel dont le patron avait déjà parlé dans son blog. En entrée, de petites entrées, des chips, des amuse gueule qu’ont peut facilement grignoter sans se remplir trop l’estomac. Puis, des salades : Baba Ghanoug, Salade de yaourt, salade de tomates à l’ail, salade vertes sucrée salée avec des poivrons et du gingembre, taboulé. Puis comme plats : un gratin dauphinois, des feuilles de vignes farcies, du poulet au four, des koftas aux épices d’orient. Bref, le problème c’est qu’il y avait des retardataires et le patron a dû vite demander à Nestor de se débrouiller pour faire un deuxième buffet deux heures après. C’était surtout l’occasion de retrouvailles pour ceux qui venaient de débarquer au Caire et qui vivent désormais en Europe, ceux aussi qui ont quitté l’Europe et qui ont choisi l’Egypte comme leur nouvelle terre, ceux qui ne se rencontrent que chez le patron. Bref, des embrassades, des discussions, des souvenirs qui s’éveillent. Et le patron dans tout ça ? Ben, il se comportait comme un vrai patron, vérifiant que chacun avait ce dont il aurait besoin, ouvrant des bouteilles de vin mousseux qui coulait à flot ce jour là, se précipitant pour ouvrir aux invités, répondant au téléphone pour indiquer le chemin pour ceux qui se perdaient dans les rues d’Héliopolis, discutant avec les amis d’amis qui débarquaient à la pension pour la première fois et à qui il devait consacrer un peu plus de temps pour qu’ils se  sentent comme chez eux.

Il avait aussi demandé à ses invités d’apporter un petit cadeau pour faire une distribution de cadeaux surprises : Juste avant le gâteau, le patron s’est déguisé en papa Noel, juste le bonnet du père Noel et s’est éclaté à distribuer les cadeaux les plus kitchs à ses invités qui se pliaient en deux quand ils découvraient avec horreur le cadeau inattendu qu’ils recevaient. Les enfants étaient aussi au rendez-vous. Un Noel, sans enfants qui crient et qui s’excitent avec les grands, n’est pas Noel. Heureusement que des enfants, il y en avait juste ce qu’il fallait : Deux, et un tout petit bébé de trois mois. Un repas de Noël, une joie pour tous ses amis qui ont illuminé par leur présence la pension ainsi que la vie de son patron. François et Antoine étaient les premiers à partir pour rattraper leur train pour Assouan, puis, petit à petit, la pension a commencé à se vider. Le majordome, venu accompagné d’un ami de longue date étaient les deux petites souris qui ont tout fait pour que la pension redevienne comme avant la soirée. Juste avant de dormir, le patron, crevé mais heureux, a fait le tour de sa pension pour vérifier qu’aucun verre ne traînait, aucun mégot n’était oublié dans un cendrier, a ouvert un tout petit peu les fenêtres, malgré le froid de ce 25 décembre pour changer l’air, a donné deux petits câlins à ses chats qui s’étaient cachés durant toute la soirée en haut de l’armoire de sa chambre, et est rentré au lit crevé mais heureux. De nouveau, il s’est rendu compte que c’est seulement en donnant l’amour aux autres qu’on est vraiment heureux.  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
il manquait quelqu'un de trés cher cette année :notre ami Waddi !peut'etre a t'il fait la fète là haut lui aussi !
Répondre
M
Cher Nagui, contents de voir que l'amitié reste plus que jamais la valeur phare à la pension de la joie. Même si nous avons passé un super réveillon de noël en famille avec enfants et petits enfants ici en Lorraine, tes photos et commentaires donnent envie de se précipiter à Héliopolis, comme d'habitude. Amitié et tous nos voeux de santé et bonheur pour toi et tous les amis de la pension de la joie. Manuel et Dominique
Répondre
O
Bah tout le monde était là comme dab, c'est beau ! Tu nous manques beaucoup ya Noga, j'espère que tu t'es très bien amusé pendant les fêtes, et j'espère que tu te re-suicideras pas en commençant le travail à nouveau ! Bisous bisous :-)
Répondre
J
je viens de rentrer de luxor ,avec pleins de photos,françois et moi on s'est croisé par télé entre assouan et luxor !j'ai des cacahuetes pour toi ! la soirée avait l'air sympa comme d'ab !bisous
Répondre
S
ah la la j'ai manqué une bien belle fête! Maalesh, j'ai beaucoup pensé à toi, d'ailleurs j'ai essayé de t'appelé mais mon tel déconne ... ai fini par t'envoyer un sms... désolée.<br /> repose toi bien.<br /> Je t'embrasse.
Répondre