Le cireur

Publié le par nagui chehata

Chaque fois que le patron va au fameux café Horeya, situé place Bal el louk, il en prend plein les yeux. En réalité, le café présente à ses clients un spectacle permanent d’une panoplie de personnages qui semblent sortir tout droit de romans splendides. Un de ces personnages est toujours là, la nuit, assis sur un tout petit tabouret, juste à la droite de la porte d’entrée du café, scrutant du regard le sol. Que regarde-t-il donc si intensément ? Dès qu’un client rentre au café, les yeux de ce personnage, tel un aigle qui plane dans un ciel de bruit, scrute les souliers qui viennent d’apparaître devant lui. Souvent ces yeux s’illuminent et on les sent baver ! Des yeux qui bavent ! Eh oui, ça existe au café Horeya ! Mais qu’ont-ils vu ces yeux de si appétissant? Des souliers à cirer ! du Miam miam pour ce personnage, ce cireur de soulier, accroupi, dans un silence de messe, entouré d’un vacarme absolu, de rires, des bouteilles qui se posent sur les tables, des verres qui tombent parfois, des cris pour appeler les serveurs pour payer. Ces yeux suivent alors ces souliers qui s’éloignent et qui se cachent sous une table. Alors, de la position accroupie, le personnage se met debout, et se dirige tranquillement vers les souliers. Il s’arrête face à leur propriétaire, qui, machinalement, comprend la raison de ce face à face habituel au café Horeya. Il enlève alors ses souliers. Am Hassan le Siidi (celui qui vient de la haute Egypte), glisse alors sous les pieds déchaussés un carton carré qu’il a soigneusement sur lui pour éviter au propriétaire des souliers le contact avec le sol dont la propreté laisse bien à désirer, puis, victorieux, il prend sa proie, retourne tout sourire vers son tabouret et se met au travail, sans perdre du regard chaque client qui entre dans le café. Cinq minutes plus tard, il se relève, se dirige vers le client, lui redonne les souliers relookés et reprend son bout de carton carré. Entre temps, le client sourit, ou pas, lui donne quelques livres pour ce travail magnifique, et continue à siroter sa bière bien fraiche. Am Hassan, fait un petit tour encore dans la café, pour bien vérifier qu’aucun soulier ne lui aurait échappé. Parfois, il retourne à son tabouret bredouille. Alors, il retrouve de nouveau sa position accroupie, reprend son silence de messe et continue à scruter du regard la porte d’entrée.

Pour la petite histoire, il y a quelques années, le patron faisait l’horrible queue devant le consulat de France pour obtenir son visa. Là, il voit un personnage qui s’avance vers lui tout sourire et qui lui tend la main pour le saluer. Le patron salue machinalement et regarde, intrigué, ce monsieur en costume cravate qui semble bien le connaître. Face à l’air étonné du patron, le monsieur alors lui dit que c’était Am Hassan le cireur de soulier ! En costume cravate, on aurait dit un business man ! Le patron n’en revenait pas et a demandé donc à Monsieur Hassan ce qu'il faisait là devant le consulat ! « Ben, je viens pour avoir mon visa pour la France ! J’ai été invité par un ami Français que j’ai connu au café et qui m’invite un mois chez lui ! ». Quelques mois après, Am Hassan était de nouveau à son poste de travail au café Horeya. Il avait bien eu son visa (c’était l’époque d’or quand on faisait encore confiance à des gens comme lui) et avait bien pu passer un mois inoubliable à Paris. « Oui, Paris c’est joli, mais ils n’y a pas trop de poussière dans les rues. J’ai pas vu un seul cireur de soulier là-bas » ! Vive Le Caire alors avec sa poussière pour Am Hassan.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Pour faire une histoire courte d'une histoire courte, c'est mon beau-pere, egyptien d'origine (Heliopolis) qui m'a soumis au travers de ses courriels les coordonnees de votre site Internet. Alors depuis 2 ans maintenant je suis vos peripeties ainsi que celles de votre amie Josiane. Continuez votre beau travail d'enseigner le francais dans votre belle ville. Ce n'est pas une langue facile mais je la trouve jolie. Ici au Quebec nous faisons tout pour essayer de la preserver car nous sommes entoures de 300 millions et plus d'anglophones. A la prochaine.
Répondre
N
<br /> Waou! J'adore quand je découvre des personnes comme vous (comme toi, puisque j'avais remarqué qu'au Canada tout le monde se tutoyait) ! D'abord un grand merci à votre beau père qui t'as transmis<br /> mon lien ainsi que celui de Josiane. C'est vrai qu'avec le blog de Josiane, on voyage bien grâce aux photos. Moi, j'ai la plume plus facile, comme elle le dit, et, justement, depuis toujours je<br /> trouvais que je vivais des choses merveilleuses. L'envie de les partager avec les autres devenait intenable et grâce justement à ce blog, je m'épanouis! Merci pour ton encouragement de continuer<br /> d'enseigner le français! Je suis fier des quebecois et de leur lutte de préserver leur langue contre l'invasion anglaise. C'est un peu aussi ma raison d'être ici au Caire, puisque c'est tout à fait<br /> le cas ici. Malheureusement la France ne fait pas assez dernièrement pour nous aider dans notre mission et une grande partie du budget consacré à l'environnement francophone dans les centres<br /> culturels français se voit de plus de plus grignoter par d'autres "impératifs" français. Il nous reste que des miettes et on essaye de faire des miracles avec ça ! Mais, j'espère qu'un jour<br /> prochain, la France réalisera la gravité de l'impasse dans lequel elle est entrain de s'engouffrer! Bonne journée quand même et restons en contacte.<br /> <br /> <br />
J
c'est dans pas pour des prunes ,mais une fois de plus c'est coupé ( entre autre ton commentaire sur le consulat )
Répondre
N
<br /> Oui, j'ai remarqué que l'article sur pas pour des prunes a été modifié mais bon tant que le lien pour mon blog y est, c'est pas grave. les gens intéressés peuvent tomber sur l'article intégral.<br /> @Richar, merci pour ton commentaire, j'ai beaucoup apprécié ce que tu m'as écris. Je ne connais pas la dame qui a participé au concours dictée organisé par le quebec, c'est parce que j'enseigne<br /> plus à des ados , que des garçons. comment es tu tombé sur mon blog ?<br /> <br /> <br />
R
Oups, il s'agit plutôt de www.dicteedesameriques.com (sans accent).
Répondre
R
Vos histoires très charmantes ressemblent à de petits courts métrages qui nous permettent presque de ressentir l'atmosphère en Égypte. Connaissant votre goût pour la langue française je vous informe (à moins que vous le sachiez déjà)qu'il y a eu samedi le 25 avril à Québec la dictée des Amériques. Bravo à une de vos compatriotes qui s'est retrouvée parmi les gagnants, soit Hanna Afifi. Elle est peut-être une vos étudiantes?? Vous pouvez la voir et l'entendre au www.dictéesdesameriques.com. Bonsoir.
Répondre
S
Un post magnifique mille merci .
Répondre