ça grouille à la pension

Publié le par nagui chehata

Ce qui devient de plus en plus à la mode actuellement à la pension de la joie c’est la publicité que lui font les amis du patron. C’est ainsi que, lorsque ces amis reçoivent des amis de l’étranger et qu’ils ont envie de leur faire découvrir le Caire by night, la vie folle et tumultueuse de l’Egypte, ils téléphonent au patron pour lui demander s’il n’y a pas de chambre vide à la pension pour y emmener leurs amis.P1060948 C’est ainsi que Shéhab, jeune médecin que le patron avait fait la connaissance depuis deux ans par internet et qui est devenu , par la suite, un des meilleurs amis de la pension et de son patron, ce jeune médecin, très doué et prometteur, a téléphoné au patron pour lui dire que deux amis arrivaient de la Norvège et qu’ils aimeraient bien séjourner à la pension de la joie. Le problème c’est que le patron recevait en même temps, deux amis d’Alexandrie qui passaient quelques jours au Caire. En plus, il y avait aussi Matthieu, le jeune français qui habite à la pension déjà depuis trois mois. Mais comme le patron ne sait pas dire non, et surtout comme il pense toujours que plus on est, mieux on s’amuse, il a accepté de loger les deux Norvégiens. Et comme le hasard fait bien, mais toujours bien les choses, Matthieu partait durant le weekend quelque part, libérant ainsi la chambre d’amis pour quelques jours. Ainsi, sont arrivés à la pension de la joie Rami et Isha. Mais, au grand étonnement du patron, ils n’avaient absolument pas l’air Norvégiens ces deux là :P1060946 en effet, Isha est Iraquien mais vit en Norvège depuis une quinzaine d’année et a la nationalité Norvégienne. Styliste et décorateur, voilà ce qui explique son look assez bronché ! Le patron, tout content d’avoir un Iraquien à la pension, s’est rappelé alors de son séjour à Bagdad quand il était tout jeune, voire, enfant, à l’âge de 7 ans. Le père du patron avait eu un contrat à l’université de Bagdad pour y enseigner l’anatomie et toute la famille était partie pour s’y installer durant trois ans. Le patron s’en rappelle encore et arrive même à dire quelques mots iraquiens. C’est ainsi, avec Isha, ils ont longuement parlé de l’Irak et de leurs lointains souvenirs de cette ville qui était fort belle avant les guerres. P1060947Rami, lui non plus n’avait pas une tête de Norvégien : Lui, Egyptien, vit en Norvège depuis son adolescence et y travaille maintenant. De temps en temps, il vient en Egypte voir la famille et se ressourcer comme on dit. Le patron a pu passer avec eux quelques jours sympathiques même s’ils avaient toujours des amis à voir, des soirées folles chez des amis qui se terminaient le lendemain, couvre-feu oblige. Le patron aurait bien aimé trainer avec eux dans ces soirées, mais passer des nuits blanches n’est plus de son âge. C’est déjà loin l’époque où il pouvait faire la fête toute la nuit et enchainer tout normalement sur une journée de travail. Il a préféré laisser les « jeunes » s’amuser et s’éclater. P1060972Cela n’a pas empêché qu’ils passent tous ensemble, avec les amis d’Alexandrie de passage au même moment, et qui ont dormi, eux, l’un sur un canapé, l’autre sur un matelas par terre, des soirées à refaire le monde, à parler politique, sujet phare ces jours-ci depuis la révolution. Bref, un weekend où la pension a grouillé de monde, matin, midi, soir, pour le plus grand bonheur du patron.

Commenter cet article