assis sur le rocher

Publié le par nagui chehata

Le patron de la pension de la joie sort enfin de son silence et arrive à consacrer quelques temps pour raconter à ses amis, lecteurs et clients ce qu’il vit depuis déjà quelques temps. Comme il l’a déjà dit dans son article précédent, il a du mal le patron d’apparaître quand ça ne va pas et évite volontairement que son blog devienne une page qui déprimerait ses amis. Loin de là ! Le monde en est déjà bien saturé !

Avec la reprise de l’école et de ses heures de cours, le patron s’est trouvé avec un emploi de temps extrêmement chargé : Il rentre chez lui, deux jours par semaine, à dix heures du soir. Les autres jours, il ne quitte l’école jamais avant dix sept heures. S’ajoute à cela des coups bas de quelques personnes qu’il a mis du temps à digérer et qui l’ont incité à mettre les points sur les i avec des personnes qu’il prenait pour des amis et qui se sont dévoilées malsaines. Le patron a pourtant cette folie de prendre tout le monde pour des anges jusqu’à preuve du contraire. Il est comme ça et il n’arrive pas à changer. Se méfier des autres n’est pas dans son dictionnaire. Pourtant la vie ne cesse de lui prouver qu’on ne peut avoir confiance en tout le monde et que parfois, la jalousie, la rancune, la méchanceté voire la haine habitent dans certains cœurs des personnes qui l’entourent. Le patron n’a jamais réussi à répondre à la haine par la haine. C’est de l’énergie et du temps perdu. Il préfère suivre les bons conseils de ce vieux proverbe qu’il avait lu quelque part et dont il ne se rappelle pas l’origine : Lorsque quelqu’un te fait du mal, ne lui fais rien. Va t’asseoir sur le rocher au bord du fleuve, regarde l’eau. Demain, le courant t’apportera son corps.

Heureusement qu’il y a aussi les bonnes surprises que la vie envoie de temps en temps. Il y a quelques semaines, le patron a reçu un mail d’une amie à son cousin  Suisse qui fait de la danse moderne. Apparemment, l’amie du cousin voulait faire un trip désert blanc et voulait de bonnes pistes en Egypte. Le cousin donc en question qui suit, lui aussi, le blog du patron, les a mis en contacte. Le patron du coup a sauté sur l’occasion pour leur proposer un séjour à la pension pendant lequel ils pouvaient découvrir les merveilles du Caire (spécialement le Cairo by night, puisque il n’était libre que le soir). Débarquée donc avec son ami à quatre heures du matin à la pension de la joie, les deux Belges allaient enfin découvrir cette ville que le patron aime tant. Visite qui allait changer le traintrain quotidien du patron. (À suivre)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
<br /> Bon retour parmi nous ; très joli proverbe : dommage que cela n'arrive pas en vrai mais heureusement pour les rivières !!! on attend la suite ...gros bisous .<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Te relire est toujours un plaisir !<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> c'est qui qui t'a fait des misères??? Je veux des noms ;-) Je vais leur casser la figure moi aux gens qui t'embêtent! On n'a pas le droit de TOUCHER A MON NAGUI! QU'ON SE LE DISE :-)<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> contente de vous lire de nouveau<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Et c'est reparti ! Vive la pension de la joie ! Bises, Céline (de Montreuil)<br /> <br /> <br />
Répondre