Partira ?

Publié le par nagui chehata

Le patron retient son souffle : Partira ? Ne partira pas ? Il vient d’apprendre2597088737 que M… va prononcer un discours où tous les pronostiques disent que, ce soir, sera une soirée Historique puisque M… partira ! Le patron n’arrive pas à croire ces oreilles, ne veut pas s’enthousiasmer un peu trop pour ne pas sombrer dans la déprime au cas où M… lance sur la tête de tous les Egyptiens une mauvaise nouvelle. Le patron était encore à l’hôpital avec son père en entendant cette nouvelle. Et comme l’heure du couvre feu s’approchait, le patron a dû embrasser son père et sa mère, en espérant que demain sera un jour meilleur pour L’Egypte entier. Le patron a dû encore faire quelques détours dans les rues d’Héliopolis pour ne pas se trouver coincé dans les rues barricadées près du palais présidentiel et de la demeure de M… puisque Le patron et M… sont voisins, jusqu’à présent. En rentrant, il a trouvé un jeune qui vendait des drapeaux d’Egypte aux conducteurs. Auparavant, le patron n’avait jamais pensé acheter un des ces drapeaux que les Egyptiens secouent uniquement lors des matchs de foot. Et comme le patron n’a jamais été un grand fun de foot, payer de l’argent donc pour ça était une chose qui ne l’avait jamais intéressé. Mais, ce soir, c’est différent. Un sentiment de fierté, d’orgueil d’appartenir à ce pays qui était tombé si bas à cause de la corruption de ses responsables, et qui s’est redressé depuis dix sept jours, depuis ce fameux 25 Janvier 2011. Il s’est dit alors que si jamais, les rumeurs s’avéraient juste, si jamais la bonne nouvelle tant attendue par la plupart des Egyptiens devienne réalité, alors, le patron descendra dans la rue brandissant son drapeau pour crier sa joie dans toutes les rues d’Egypte. Auparavant, le patron ne s’était jamais intéressé à la politique, il savait que la corruption remplissait son pays, mais se sentait démunis face à l’ampleur de cette catastrophe nationale. Il s’était fait une bulle dans laquelle il vivait, comme beaucoup d’Egyptiens : son travail, ses amis francophones et, ou libéraux, sa pension de la joie, ses sorties, ses voyages. Il avait suivi ce que vit son pays pendant ces dix sept jours avec beaucoup de méfiance, de peur, de crainte, d’admiration aussi. Mais, petit à petit, le voilà qui s’intéresse à la politique, comme la totalité du peuple égyptien actuellement. Là, il veut juste figer le temps, ces quelques minutes d’attente avant le discours de M… . Partira-t-il ? Ne partira pas ? On verra ... !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
<br /> Merci merci merci à tous ! La progression de ces commentaires est une vraie page à elle seule! c'est génial ! On respire enfin !! enfin enfin enfin !!! enfin !!!!!!!!!!!!!!!!<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Merci!<br /> Merci pour votre humilité et votre courage, merci pour votre fierté et votre peur, merci pour être le peuple et montrer ce que peut être un peuple courageux! Puissent les Français en prendre de la<br /> graine, et savoir ce que vivre de l'air du temps et de l'idéal tout à la fois veulent dire.<br /> Mendiants et orgueilleux, voilà ce que vivre devrait être.<br /> Si je viens en Egypte, je viendrai vous rendre visite, ainsi qu'à d'autres auteurs de blogs que j'ai découverts.<br /> Tahya Misr!<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> Il est parti, tu peux rester, et boire une bonne stella à la santé de l'avenir. mabrouk ya masri<br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> Où es-tu Nagui. Tu arroses la chute de M. un verre de champagne à la main et le drapeau de l'autre? Je suis trop contente pour toi et tous les Egyptiens!<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> En cette soirée si particulière où les cris d'Egypte se sont transformés en cris de liberté. Une pensée pour vous Patron!<br /> <br /> <br />
Répondre